APPROCHES PSYCHIATRIQUES, ASSOCIATIVES ET CLINIQUES DU HIKIKOMORI

APPROCHES PSYCHIATRIQUES, ASSOCIATIVES ET CLINIQUES DU HIKIKOMORI

Depuis la fin des années 1990 jusqu’à aujourd’hui, l’augmentation croissante du nombre de personnes en retrait social a contribué à positionner le hikikomori comme une préoccupation importante des autorités ministérielles nippones (Kôseirôdôshô 2001). Dans un premier temps, une synthèse d’articles publiés par les psychiatres dans des revues internationales nous permettra de mettre en valeur leur consensus mais aussi leurs difficultés à traiter des patients qu’ils rencontrent peu. Nous nous interrogerons donc dans un second temps sur la manière dont s’organise le soin sans les psychiatres, à travers notre enquête dans l’association « N.K. ». En effet, ce sont surtout les associations à but nonlucratif qui s’occupent, au quotidien, de sortir les hikikomori de leur isolement et de les réinsérer dans la vie sociale. En conclusion, nous indiquons les perspectives ouvertes par notre étude du point de vue de la psychologie clinique.

LE CONSENSUS DES PSYCHIATRES SUR LE HIKIKOMORI

Le nombre de personnes en situation de retrait social (hikikomori) se situe au Japon entre 260000 et 700000 personnes, définies comme ne sortant pas de chez elles pour au moins six mois, n’ayant aucune activité sociale (école, études, travail) et aucune relation amicale (Kôseirôdôshô, 2010). Nos premières questions sont les suivantes : le hikikomori est-il une pathologie psychiatrique ? Les hikikomori ont-ils une pathologie psychiatrique ? Trois propositions sont repérables. Les hikikomori ont tous une pathologie psychiatrique déjà répertoriée dans le DSM IV-TR ou la CIM-102. Une partie de la population hikikomori a une pathologie psychiatrique et l’autre partie n’a pas de pathologie psychiatrique. Il s’agit de la distinction entre hikikomori secondaire et primaire (Suwa et al. 2003) Une partie de la population hikikomori est porteuse d’une pathologie psychiatrique déjà répertoriée dans le Dsm IV-TR ou la Cim-10 et l’autre partie souffre d’une nouvelle pathologie : on pourrait l’inclure dans le glossaire des « syndromes liés à la culture » aux côtés du taijin kyôfushô3. Cette dernière proposition ayant reçu un large écho dans un certain nombre de revues internationales, nous allons brièvement en examiner les arguments principaux afin de dégager ce qui nous semble être un consensus au sein des psychiatres. Dans un article récent, des chercheurs américains veulent fournir « la preuve du hikikomori comme nouveau trouble psychiatrique » et affirment que les hikikomori sont « souvent mais pas toujours » classifiables dans le Dsm IV-TR,

Au terme de ce bref survol des données psychiatriques, un consensus se dégage : à l’étranger, les personnes hikikomori sont toujours porteuses d’une pathologie psychiatrique ; au Japon, ces cas existent mais il y a aussi des individus qui souffrent d’un syndrome lié à la culture. Ceci étant dit, il est nécessaire de rappeler que la psychiatrie japonaise s’est progressivement unifiée pour devenir une bio-psychiatrie avec conscience sociale, et sans psychothérapie5. Aussi, l’idée que ce sont les psychiatres qui rencontrent les hikikomori (Tateno et al. 2012) ne correspond pas, au Japon, à la réalité. Concrètement, ils ne voient qu’une partie des hikikomori, et ce sont les cas qui sont les plus susceptibles de donner lieu à un diagnostic psychiatrique. Un grand nombre de personnes en situation de retrait social sont soutenues par des associations à but non-lucratif fonctionnant sans psychiatres. Nous allons ici présenter l’une d’entre elles.

NOTRE ENQUÊTE DANS L’ASSOCIATION « N.K. »

N.K.6 est une association à but non lucratif crée en l’an 2000 dans une ville du Kansai, et qui a progressivement mis en place un système de soutien des familles et de prise en charge des hikikomori-nîto. Une des premières actions envers le jeune en retrait est d’effectuer une visite à domicile (katei hômon). Ensuite, lorsqu’il sort de son isolement, le hikikomori devient nîto, et peut être hébergé au sein d’un des lieux dont dispose l’association :

• Une maison partagée par quatre ex-hikikomori8 et un ex-hikikomori devenu membre de l’équipe

• Deux appartements occupés par trois ex-hikikomori pour l’un, et par deux ex-hikikomori pour l’autre.

• A ces trois « colocations » s’ajoutent deux appartements individuels séparés.

En tout, l’association héberge donc onze personnes (qui ont vécu une expérience de retrait social antérieure) pour une équipe de sept à huit salariés dont le travail se répartit en plusieurs activités : visites à domicile, groupe pour les parents (teireikai), entretiens individuels et avec les parents, accompagnement du quotidien des jeunes et coopération avec une équipe externe qui s’occupe de leur réinsertion. Un café géré par l’association emploie des anciens hikikomori et accueille chaque mois « l’université du café commun » (cafe comonzu daigaku). Cela ressemble au « café philo » français, lieu où l’on débat de questions de société avec des invités. Décrivons maintenant plus en détail comment cette association a élaboré l’aide destinée, non pas aux anciens hikikomori, mais aux hikikomori eux-mêmes pendant leur période d’isolement. Tout commence avec la décision des parents de prendre contact avec N.K., en général suite à une annonce dans les journaux ou via leur site internet. Ils sont alors conviés à une réunion d’information avec d’autres parents et peuvent participer à un groupe de parole régulier. Dans le cadre d’un entretien, les parents peuvent prendre un forfait de plusieurs séances qui stipule qu’un membre de l’association va effectuer des visites à domicile selon une méthodologie précise. D’abord, il est nécessaire de convenir d’un contrat oral avec la famille, sans l’enfant, car le mot d’ordre de cette association est d’« ouvrir la famille » (kazoku wo hiraku). Puis, un membre de l’équipe envoie des lettres au hikikomori en se présentant (tegami jikoshôkaisuru) : c’est généralement une carte postale (hagaki), sans enveloppe, pour que la personne hikikomori voie directement les caractères écrits, ce qui le dissuaderait de la jeter (cette procédure précise a été pensée dans ce sens par l’équipe). Ensuite, une lettre contenue dans une enveloppe l’informe d’un appel téléphonique à venir. Lorsque l’appel est passé, le parent le transmet à l’enfant qui, dans 90% des cas, le rejette. A nouveau, une carte postale est envoyée et l’informe, cette fois-ci, d’une visite. Le jour J, quasiment tous refusent d’ouvrir la porte. Ceux qui répondent signifient leur opposition. Quelques uns quittent le domicile avant l’heure du rendez-vous. Dans un cas, une jeune fille était absente car elle avait commencé à travailler. En général, le visiteur parle derrière la porte et glisse une carte. A partir de ce moment là, entre 30 % et 40 % commencent à changer, entre 20 % et 30% deviennent violents, et le reste demeure silencieux. Ceux qui commencent à changer se coupent les cheveux, sortent faire des courses, rangent leur chambre, se lavent (alors qu’ils ne le faisaient plus, d’où des problèmes dentaires fréquents). Dans certains cas, ils ouvrent la porte eux-mêmes, ou attendent dans le salon à l’heure du rendez-vous. Dans d’autres cas, ils frappent derrière la porte. Plus rarement, ils ouvrent la porte et poussent le visiteur mais lorsqu’il y a de la violence, elle est surtout dirigée contre les parents. L’arrivée de l’étranger provoque dans deux tiers des cas un déséquilibre de la vie familiale : soit des changements positifs adviennent, soit de la violence intrafamiliale se manifeste. Quelquefois, le rôle du visiteur s’oriente vers un accompagnement dans un hôpital psychiatrique, et lorsque la violence est terrible, il incite les parents à appeler la police dont l’intervention a systématiquement pour effet de stopper les actions violentes envers eux. Selon Monsieur T., 10 % ont un diagnostic de schizophrénie et 30 a 40 % des cas ont consulté un psychiatre. Il est très important de le mentionner, car cela va à l’encontre de l’idée selon laquelle ce serait les psychiatres qui verraient les hikikomori (Tateno et al. 2012). Fort de son expérience de douze années à s’occuper de ces jeunes, Monsieur T. affirme que 60 à 70 % n’ont jamais rencontré de psychiatre. Ceci est corroboré par les travaux de l’équipe de recherche en psychiatrie de l’Université de Nagoya qui soutient également le point de vue selon lequel ils ne rencontreraient que certains d’entre eux.

PERSPECTIVES DE RECHERCHES EN PSYCHOLOGIE CLINIQUE Une partie des recherches en psychologie clinique vise l’amélioration des techniques d’entretien. Dans cette perspective, nous avons souhaité connaître les questions posées durant les entretiens avec les parents. Pour Monsieur T., la conversation se limite à « comment ils se sont mariés, comment ils ont trouvé un travail » et à leur situation sociale actuelle. Pour obtenir davantage d’informations, nous avons témoigné de certains enseignements de la pratique clinique française : nous avons évoqué la présence, dans certains cas, de traumatismes transgénérationnels liés à la Seconde Guerre mondiale ou à la guerre d’Algérie (Halfon et al., 2000 ; Guyotat 2005). Ces points peuvent émerger dans les consultations des Français, et nous demandons si c’est le cas dans leurs entretiens. Pour nos interlocuteurs, Messieurs T. et Ueyama, ceux qui s’entretiennent avec les parents ne les questionnent pas sur leur propre enfance (contrairement aux cliniciens français). En revanche, Monsieur T. évoque le fait que les parents attribuent souvent une valeur traumatique à ce qu’ils ont vécu pendant la période de haute croissance économique (kôdo keizai seichô), entre 1955 et 1973. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Les travailleurs sociaux sont-ils formés à traiter ces questions ? Une approche en psychologie clinique pourrait-elle permettre d’augmenter l’efficacité de ces associations tout en permettant d’éclairer d’un nouveau jour la complexité du phénomène hikikomori ? Ce seront quelques-unes des questions auxquelles nous tenterons de répondre dans la suite de nos recherches qui se donnent pour objectif de comprendre les mécanismes familiaux contribuant à une situation de retrait social d’un enfant, tout en mettant en valeur la position subjective de celui-ci, au cas par cas.

La Conférence nationale du handicap devient un rendez-vous annuel, mais pour dire quoi ?

UNAPEI – Union nationale des associations de parents de personnes handicapées mentales – 06/01/2015 14:33:39


Principale annonce du Président de la République, la conférence nationale du handicap aura lieu tous les ans et non plus tous les trois ans … C’est dire si l’objectif manque d’ambition !

Pourtant le Président partage le constat que les personnes handicapées sont encore trop exclues de notre société : absence de reconnaissance par nos concitoyens de leur pleine citoyenneté, une cité inaccessible à près de 12 millions de personnes, lourdeur administrative pour la reconnaissance de leurs droits, le chômage qui touche deux fois plus les personnes handicapées, trop de personnes sans solution d’accompagnement.

Quelques petites annonces sont venues parsemer son discours : engagement de maintenir le rythme d’augmentation des dépenses, création d’une centaine d’unité d’enseignement à l’école, mutualisation possible des prestations de compensation, …

Sur les personnes handicapées sans solution, le Chef de l’Etat a clairement posé l’objectif qu’il n’y ait aucune famille, aucune personne sans solution d’accompagnement. L’espoir renait mais toute la question est de savoir quand et comment la République se met en situation de l’atteindre ? 13 000 enfants handicapés, 30000 adultes handicapés vieillissants et 6500 français handicapés exilés en Belgique devront encore attendre.

D’ailleurs, le Président de la République ne s’est pas exprimé sur l’évaluation des besoins des personnes handicapées, pierre angulaire de la politique du handicap. L’Unapei lui offre la solution : ObServeur, un outil de recensement des besoins réels des personnes handicapées en France et de gestion de leur parcours de santé.

En dépit de ce constat, l’Unapei regrette qu’aucune réelle impulsion nouvelle ne soit donnée, le Chef de l’Etat se contentant de formules « il faut », « on doit », « on devrait ». Pire, contrairement à son engagement, le Chef de l’Etat a passé sous silence la première source d’exclusion des personnes handicapées, leur niveau de ressources.

En outre, la réforme du financement des établissements telle qu’annoncée par le Chef de l’Etat « les financements doivent suivre la personne handicapée » fait naître de grandes inquiétudes auprès des familles et des milliers de personnes handicapées accueillies dans établissements et services déjà confrontés à de grandes difficultés financières.

Ainsi, annoncer que la CNH aura lieu tous les ans n’apporte rien lorsque sur un rythme triennal le chef de l’Etat ne répond pas aux attentes des personnes handicapées.

 

AAH attribuée pour 5 ans : simplification promise !

Par Handicap.fr / E. Dal’Secco, le 15-12-2014 
Résumé : AAH attribuée pour 5 ans, accélération de la RQTH, tiers-payant pour l’acquisition d’aides techniques… Le Gouvernement promet que le choc de simplification concerne aussi le parcours des personnes handicapées.

 

Le choc de simplification qui mobilise le Gouvernement pourrait-il concerner aussi les personnes handicapées dont le parcours administratif ressemble plus souvent à un parcours du combattant qu’à un long fleuve tranquille ? C’est en tout cas ce qui a été annoncé par le Président François Hollande lors de la Conférence Nationale du Handicap qui s’est tenue le 11 décembre 2014 à l’Elysée : « des mesures concrètes de simplification pour améliorer le quotidien des plus fragiles. » Pour ce faire, le Gouvernement s’engage à « faciliter l’accès aux droits en évitant les procédures répétitives et en accélérant les délais de réponse de l’administration ».

L’AAH attribuée pour 5 ans

A ce titre, il a promis, « à partir de l’année prochaine », une extension « possible »jusqu’à 5 ans, sur décision motivée, de la durée d’attribution de l’Allocation pour adultes handicapés (AAH) lorsque le taux d’invalidité est compris entre 50 et 80%. Jusqu’à maintenant, la durée maximale d’attribution de 5 ans était réservée aux personnes ayant un taux d’incapacité supérieur ou égal à 80%, contre 2 ans pour un taux compris entre 50% et 79%. Certains veulent aller plus loin et continuent de demander, pour les personnes les plus lourdement handicapées (taux d’incapacité d’au moins 80%), la possibilité de leur accorder cette allocation sur des périodes plus longues encore… Une option pour désengorger des MDPH (Maisons départementales des personnes handicapées) surbookées !

Des échanges dématérialisés entre MDPH et CAF

François Hollande a également promis la dématérialisation des échanges entre MDPH et caisses d’allocations familiales afin d’accélérer le traitement des demandes d’AAH et de prestation compensatrice du handicap (PCH).  La durée de validité du certificat médical servant de justificatif aux demandes d’AAH (sauf pour les pathologies évolutives spécifiques) devrait passer de trois à six mois. Pour rappel, en 2013, 236 000 demandes de PCH ont été déposées dans les MDPH, et 1 million, c’est le nombre de bénéficiaires de l’AAH au 31 décembre 2013.

Des PCH mutualisées

Les modalités d’utilisation de la PCH versée par les Conseils généraux pourraient être ajustées pour permettre notamment sa mutualisation entre plusieurs personnes souhaitant financer ensemble une aide à domicile dans un logement partagé autonome. Toujours du côté des Conseils généraux, un dispositif de tiers-payant serait mis en place par l’acquisition d’aides et équipements techniques par les personnes handicapées, par exemple l’achat d’un fauteuil roulant.

Une RQTH simplifiée

Dans un autre domaine, lui aussi particulièrement affecté par les lourdeurs administratives, le Gouvernement envisage la « simplification et l’accélération de la Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) et des procédures d’évaluation de la lourdeur du handicap. » Également évoqué, la création d’une « carte mobilité inclusion », personnelle et sécurisée, pour remplacer à terme les deux cartes dites « de stationnement » et « de priorité ». Dans l’immédiat, la durée de validité des cartes sera prolongée pour éviter les ruptures de droits.

Des décisions en « facile à lire et à comprendre »

Et afin de rapprocher les services publics et les usagers, une version en « Français facile à lire et à comprendre », destinée aux personnes ayant a priori des difficultés de compréhension mais en réalité bien utile pour tous, des avis et décisions rendus par les MDPH et les CAF pourrait être mise en place d’ici fin 2015. Enfin, le Gouvernement envisage un « remboursement simplifié, sur la base d’un forfait, des petits travaux d’aménagements du logement et du véhicule ».

© auremar/Fotolia

HANDICAP : Les directeurs de MDPH proposent des réformes pour simplifier les procédures

ASH actualites« Réduire le volume de demandes déposées auprès des MDPH [maisons départementales des personnes handicapées] pour dégager du temps et des moyens qui pourraient utilement être réorientés vers l’accompagnement des personnes handicapées et leurs familles ». Telle est l’ambition de l’Association des directeurs de MDPH (ADMDPH) qui formule 11 propositions pour alléger les procédures et simplifier les démarches des usagers.

Lien direct de téléchargement du texte de l’A.D.M.P.H. sur : « La Gazette des communes »: