Un nouvel antipsychotique prometteur dans la schizophrénie

medscape

 

Colorado Spring, Etats-Unis – Les avancées thérapeutiques en psychiatrie sont devenues extrêmement rares. Lors du 15ème congrès international sur la recherche en schizophrénie (ICOSR), les résultats encourageants d’une étude de phase 2 avec un nouvel antipsychotique au profil pharmacologique différent de tous les autres médicaments du marché ont été présentés.

 

Un nouveau mode d’action pharmacologique

 

L’ITI-007) inaugure une nouvelle famille thérapeutique qui agit comme : antagoniste du récepteur 5-HT2A de la sérotonine (comme les autres antipsychotiques), comme modulateur des phosphoprotéines des récepteurs de la dopamine, comme modulateur glutaminergique et comme inhibiteur de la recapture de la sérotonine.

 

Pour cette raison, il pourrait être proposé pour le traitement de différents symptômes liés à la schizophrénie : troubles du sommeil, troubles positifs et négatifs, dépression associée et activités ou fonctions sociales.

Cet antipsychotique, ITI-007 (Intra-Cellular Therapies, New York) à la fois modulateur de la sérotonine, de la dopamine et du glutamate, semble en effet entrainer moins d’effets indésirables moteurs et métaboliques comparativement au référent rispéridone (Risperdal®). Pour le Dr Kimberly Vanover (investigateur principal et employé du laboratoire), « cette nouvelle classe pourrait réellement se démarquer des autres antipsychotiques. »

L’essai a randomisé 335 patients schizophrènes ayant présenté récemment un épisode d’exacerbation. Ils ont été randomisés entre un groupe à la dose de 60 mg/j, un groupe à 120 mg/j et un groupe placebo durant 4 semaines.

Le critère de jugement principal porte sur l’échelle PANSS (Positive And Negative Syndrome Scale) à 28 jours qui s’avère significativement améliorée comparativement au placebo dès la dose de 60 mg/j.

« Le traitement à 60 mg était aussi actif qu’un comparateur antipsychotique tel que la rispéridone sur les symptômes positifs et plus actif sur les symptômes négatifs qui s’aggravent généralement avec la risperidone. L’ITI-007 à 60 mg a aussi permis de faire baisser significativement les signes dépressifs par rapport au placebo » a commenté l’investigateur.

L’analyse des facteurs sociaux et émotionnels a elle aussi été en faveur de l’ITI-007.

La tolérance du traitement aux deux doses a été bonne, avec notamment des effets indésirables comparables au placebo avec la dose de 60 mg/j (plus de somnolence en revanche avec la dose de 120 mg/j). La modification des paramètres métaboliques (insuline, glucose, triglycérides, cholestérol total, LDL cholestérol, prolactine) était moindre comparativement à un antipsychotique référent (rispéridone) et aucun effet sur la fonction cardio-vasculaire n’a été détecté (pas de tachycardie, ni d’allongement du QT).

Enfin, la prise de poids s’est révélée limitée à 28 jours.

Pour le Pr Charles Schultz (Minneapolis, Etats-Unis) interrogé par l’édition internationale de Medscape « ce traitement pourrait être aussi efficace que la clozapine, mais sans effets négatifs liés au blocage de la dopamine ». Une étude de phase 3 est déjà en cours. Elle permettra de préciser la place de ce nouveau traitement dans l’arsenal antipsychotique.

REFERENCE :

  1. 
Vanover K, Mates S, Davis R. ITI-007, a first in class investigational new drug for the treatment of schizophrenia : phase 2 clinical trial efficacy and secondary analysis. 15 th International Congress on Schizophrenia Resarch (INOSR). Abstract #2191190.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s