« Distinguer le handicap psychique du handicap mental »

Ces notions ont été présentées dans un article du 6 janvier 2015 de l’Est Républicain, mais il nous paraît important de lever certaines confusions.

Coécrit par : UNAFAM 54, AFTC Lorraine et France AVC Lorraine

« Distinguer le handicap psychique du handicap mental »

permet des réponses adaptées, pour que chacun trouve sa place dans la société.

L’expression « handicap mental » qualifie à la fois une déficience intellectuelle (approche scientifique) et les conséquences qu’elle entraîne au quotidien (approche sociale et sociétale).Le handicap mental se traduit par des difficultés plus ou moins importantes de réflexion, de conceptualisation, de communication, de décision, etc. Il associe une limitation des capacités intellectuelles qui n’évolue pas, une stabilité dans les manifestations des symptômes, et une prise de médicaments très modérée. On peut le rencontrer en présence  de sujets trisomiques, de malformations néonatales, ou de maladies métaboliques héréditaires. Ces difficultés doivent être compensées par un accompagnement humain, permanent et évolutif, adapté à l’état et à la situation de la personne. (sources unapei.org et unafam.org).

Précisons que les troubles consécutifs à un AVC (accident vasculaire cérébral) ou un AVP (accident sur la voie publique) , ne relèvent pas de la déficience intellectuelle. Ils  peuvent être divers et d’importance très variables : ce sont des séquelles sensorielles (troubles visuels, perte de goût, de l’odorat, du toucher), des séquelles physiques à des degrés divers (de l’hémiplégie, paralysie, à des troubles de l’équilibre…), séquelles cognitives (mémorisation, concentration, troubles de l’humeur) …elles sont la source de ce que l’on appelle communément le « handicap invisible »

Le handicap psychique, secondaire à la maladie psychique, reste de cause inconnue à ce jour. Les capacités intellectuelles sont indemnes et peuvent évoluer de manière satisfaisante. C’est la possibilité de les utiliser qui est déficiente.  Nous parlons alors de handicap cognitif : Le handicap cognitif est la conséquence de dysfonctionnements des fonctions cognitives : troubles de l’attention, de la mémoire, de l’adaptation au changement, du langage, des identifications perceptives (gnosies) et des gestes (praxies).

La symptomatologie est instable, imprévisible, d’intensité variable dans le temps. La prise de médicaments est le plus souvent indispensable, associée à des techniques de soins visant à pallier, voire à réadapter, les capacités à penser et à décider.

La déficience psychique peut affecter le malade dans les domaines suivants : troubles de la pensée, troubles de la perception, troubles de la communication et du langage, troubles du comportement, troubles de l’humeur, troubles de la conscience et de la vigilance intellectuelle, troubles de la vie émotionnelle et affective. Les pathologies les plus fréquentes : personnalité borderline, schizophrénie, troubles bipolaires. (source unafam.org)

 

Handicap psychique, handicap mental, nous comprenons qu’il faut des réponses spécifiques à ces deux types de handicap, c’est pourquoi les associations UNAFAM (Union nationale des amis et familles de malades et/ou handicapés psychiques), AFTC Lorraine(Association Française des Traumatisés Crâniens &Cérébro-lésés) et France AVC Lorraine (Accidents vasculaires cérébraux) ont été créées à l’initiative des usagers et proches de personnes malades et handicapées psychiques et de familles.

Leurs missions :

UNAFAM : Accueil et écoute, entraide, formation , information et accompagnement  et représentation des familles et des proches. Participation à la recherche.

AFTC Lorraine: Accompagnement et représentation des traumatisés crâniens, des cérébro-lésés et leurs familles, au niveau national, européen et international, défense de leurs intérêts et leurs droits. Logements, ateliers d’insertion professionnelle, action de prévention et de formation.

France AVC Lorraine: Information du public, des pouvoirs politiques et des médias. Aide et soutien aux patients et proches, au corps médical. Participation à la recherche.

 

Des ateliers d’insertion professionnelle ont été créés, sous l’impulsion de ces associations et avec le soutien de l’AGEFIPH. (Association de gestion des fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées)

Nos associations  militent pour que l’image des personnes qui souffrent de troubles psychiques, et autre handicap invisible, change auprès du grand public. Non seulement la société ne peut plus ignorer, ni isoler ces personnes, mais elle doit leur faire une place adaptée et reconnue. Elle doit leur redonner leur place de CITOYEN.

 

UNAFAM 54 : 6, rue du Général Chevert 54000 NANCY

Tél. : 03 83 53 26 57 Email:54@unafam.org

 

AFTC Lorraine :

Tour Panoramique – Rue des Aulnes 54320 MAXEVILLE

Tél : 03 83 54 38 96 – 06 191 15 16 91

Email: aftc.lorraine@gmail.com

 

France AVC Lorraine :

Maison des Associations – 1 rue du Coetlosquet 57000Metz

Tél : 06 41 12 06 11

Email : france-avc-lorraine-meurtheetmoselle@orange.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s