Le Parlement européen s’inquiète de l’impact de la crise sur l’accès aux soins des plus vulnérables

REIF

FOCUS : Relance de la croissance : quels choix, quels sacrifices ?

La bonne nouvelle de cette dernière quinzaine semble être la lente reprise économique en Europe, si l’on en croit les dernières données de l’Insee en ce début d’année. Selon l’Institut, la dégradation économique ne devrait pas se poursuivre. Mais si la croissance semble à nouveau sourire à la zone euro et que la consommation privée, en recul en début d’année, devrait se stabiliser, le taux de chômage ne connaît pas d’amélioration. Stable, il reste néanmoins élevé, marquant les limites de la croissance, dans un contexte d’austérité et de coupes budgétaires.

Peut-on espérer une reprise durable malgré la persistance de ce taux de chômage élevé ?

Si la crise économique accuse un léger recul, Jean-Luc Bennahmias eurodéputé (ADLE, France), s’inquiète en effet de l’importante crise sociale qui semble ralentir la reprise économique et qui est confirmée par La revue trimestrielle sur l’emploi et la situation sociale dans l’UE, éditée par la Commission européenne. A cela s’ajoutent la dégradation des conditions de travail constatée par le Centre français d’études de l’emploi ainsi que la pression exercée sur le dialogue social, qui témoigne de l’affaiblissement de la voix salariale.

Pourtant, la prise de conscience existe dans les sphères politiques européennes. En témoignent notamment les initiatives concernant la garantie pour les jeunes, l’existence d’instruments tels que le fonds d’aide aux plus démunis ou encore le fonds social européen.

Mais pour certains, dont Monsieur Bennahmias, les moyens investis ne sont pas suffisants et la volonté politique fait défaut. Pour lui, relancer la croissance de manière durable passe par la mise en place d’un véritable « pacte social européen », qui « défende les investissements sociaux et promeuve l’emploi des jeunes, des salaires décents, un accès universel garanti à certains services de santé essentiels pour la couverture des besoins fondamentaux mais aussi des services publics de qualité […] et l’accès à un logement abordable ».

L’idée de modèle social européen n’est pas nouvelle. En effet, le Conseil européen de Barcelone en 2002 avait déjà avancé l’idée que ce modèle doit être « fondé sur une économie performante, un niveau élevé de protection sociale, d’éducation et le dialogue social ».

Mais une question demeure : traverser une crise signifie-t-il que nos sociétés doivent sacrifier le social pendant une période donnée, afin de permettre une reprise économique rapide et être en mesure de réinvestir enfin dans le social ? Ou bien doit-on considérer que c’est le capital humain qu’il faut d’abord préserver et dans lequel il faut investir, pour relancer la croissance ?

Accès direct sur le document REIF Info (C.A.F.) Cliquez ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s