Mieux soigner les handicapés : une priorité… pour demain !

logo1

 

Paris, le vendredi 7 juin 2013 – L’accompagnement médical dont nombre de personnes handicapées bénéficient pour le suivi de leur handicap ne leur assure nullement un accès facilité aux soins généraux. Une situation inverse semble même au contraire s’observer. Les obstacles sont de fait multiples : financiers, physiques mais aussi organisationnels. Nombreux ont été ces dernières années les rapports et les propositions pour améliorer cet état de fait. Rares ont été ceux suivis de mesures concrètes. Il est à espérer que les travaux conduits par Pascal Jacob (président de Handidactique) remis hier au ministre délégué chargé des Personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti, ne connaissent pas le même sort.

Soins de ville : un accès morcelé et aléatoire

Parmi les différents freins à un accès aux soins sans encombre des personnes handicapées, Pascal Jacob évoque quasiment d’emblée l’absence de formation adaptée des professionnels de santé. « Il y a encore un fossé entre les personnes handicapées et un certain nombre de personnel soignants » regrette ainsi le rapport qui appelle à la constitution de « modules de formation spécifiques (…) dans l’ensemble des cursus de formation des carrières médicales et paramédicales ». Le rapport met par ailleurs l’accent sur les grands défauts de la coordination médicale et suggère que cette dernière soit l’objet d’une « définition nationale pour qu’il y ait une prise en charge homogène sur l’ensemble du territoire ». En la matière, est proposé « le développement du « Réseau intégration handicap » déjà expérimenté dans certains départements ». Ce système permet aux personnes handicapées et à leurs proches de contacter un numéro vert unique, constamment accessible qui permet de recourir à un professionnel compétent pour répondre à la spécificité de l’accompagnement du patient. Ce type de réseau facilite le travail des médecins de ville, qui sont « souvent isolés » et se sentent démunis face à certaines problématiques. D’une manière générale, aujourd’hui, l’accès des handicapés aux soins de ville est en effet « difficile, aléatoire et morcelée » notent les auteurs du rapport et les consultations se font souvent tardivement « dans des conditions d’urgence ». Les réseaux et la sensibilisation doivent permettre d’améliorer cet état de fait.

Accueil catastrophique aux urgences

Mais il n’est pas qu’en ville qu’une amélioration est essentielle. Concernant l’accueil des handicapés aux urgences, Pascal Jacob cite les nombreux témoignages de patients et de leurs proches qui dessinent un accueil « catastrophique ». Pour y remédier, le rapport suggère la constitution d’équipes mobile d’urgence pluridisciplinaires et territorialisées qui permettrait d’éviter dans certains cas le transport inutile des patients handicapés aux urgences. Il conseille également que dans chaque région soit désigné un SAMU « dédié qui serait doté d’outils (…) facilitant la prise en charge des patients handicapés ». Enfin, au sein même de l’hôpital l’idée de créer des équipes spécifiques est avancée.

Objectifs chiffrés

Le rapport aborde également les questions de tarification et d’accessibilité des cabinets déjà fréquemment évoquées notamment par les associations de patients. Au-delà de ces propositions ciblées, il estime que les pouvoirs publics devraient se fixer des objectifs clairs, telle que l’amélioration de l’espérance de vie des handicapés, la réduction de moitié des hospitalisations urgentes, des déplacements complexes ou encore des examens redondants.

Recevant ces recommandations, le ministre a promis qu’elles seraient à la base de mesures qui devraient être présentées en juillet à l’occasion d’un comité interministériel sur le handicap (dont la date n’a pas été fixée). Les associations de défense de handicapés, dont la FNATH (Association des accidentés de la vie) se sont pour leur part déclarées séduites par nombre de propositions de Pascal Jacob mais refusent sa suggestion de « moduler » l’obligation d’accessibilité de tous les lieux publics (et notamment des cabinets médicaux) à l’horizon 2015.

Aurélie Haroche

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s