Plus d’infections à pneumocoque en cas de pathologie psychiatrique

Journal International de Medecine

Publié le 25/03/2013 par le Dr Béatrice Jourdain

Les personnes atteintes de maladie psychiatrique chronique constituent une population à risque pour diverses affections physiques. Cette « malchance » s’explique en partie au moins par des comportements à risque pour la santé, souvent difficiles à modifier dans ce contexte. Le taux global d’infections est plus élevé chez ces sujets par rapport à la population générale. Une équipe anglaise s’est intéressée particulièrement aux infections à pneumocoque, la disponibilité d’un vaccin dans ce cas pouvant conduire à des recommandations pragmatiques.

Pour lire la suite Cliquez ici (Inscription)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s